bist | warndt | saarlandbilder | karte
Creutzwald
57150 Moselle
letzte Änderung: 31/1/2008

Buchenstauden gehört zu Überherrn

saarlandbilderKarte | Ortsverzeichnis

Das Bergwerk La Houve wurde am 23. April 2004 geschlossen.

Creutzwald und Villers-la-Croix
Quelle: link www.memotransfront.uni-saarland.de

Im Jahre 1601 kaufte der reformierte Glashüttenbesitzer Louis de Condé am westlichen Rand des Warndt ein Waldstück und errichtete hier mehrere Glashütten, aus denen sich ab 1618 die Siedlungskerne der heutigen Dörfer Creutzwald und Villers-la-Croix entwickelten. Im heutigen Creutzwalder Ortsteil Wilhelmsbronn wurde eine reformierte Kirche errichtet. Sie wurde 1685 von französischen Truppen niedergebrannt, obwohl das Revokationsedikt im Herzogtum Lothringen formell nicht galt. Von Creutzwald aus verhandelte die Sippe de Condé mit der Kanzlei der Grafen von Nassau-Saarbrücken um günstige Ansiedlungsbedingungen auf deren Gebiet, die zwischen Frühjahr und Mitte 1604 gewährt wurden. Daraufhin zogen insgesamt 12 Familien, unter ihnen zwei Familien de Condé, in das Gebiet des späteren Ludweiler. Der einflußreiche Hüttenbesitzer Karl von Wendel gab Creutzwald durch die Errichtung einer Eisenhütte im 19. Jahrhundert ein anderes Gesicht. Die industrielle Prägung des Ortes wurde durch eine Kohlengrube noch verstärkt. Hier waren auch viele saarländische Bergleute tätig.

Gerhild Krebs


Histoire
Quelle: link fr.wikipedia.org

À l'origine, Creutzwald était formée de trois villages indépendants: Creutzwald la Croix, Wilhelmsbronn et Creutzwald La Houve.

C'est à partir de 1602 que la famille de Condé se porte acquéreur de la forêt de La Croix dans le Warndt, qui appartenait alors à l’abbaye de Bouzonville. Le village qui s'y développe, Creutzwald la Croix, deviendra en 1611 le support d’une seigneurie relevant de la souveraineté de Lorraine. Cependant, une partie du village naissant fût détruite pendant la guerre de Trente Ans (1618 - 1648) et même si les habitants se dispersèrent, ils revinrent après la guerre.

C'est alors qu'en 1626, Daniel de Condé crée sur les terres du comte Guillaume de Nassau-Sarrebruck une nouvelle agglomération qui prendra le nom de Creutzwald Nassau ou encore Wilhelmsbronn. Deux villages indépendants coexistent alors puis créent leurs verreries respectives, attirant ainsi nombre d'ouvriers.

En 1705, le duc Léopold, accorde la charte de fondation d’une verrerie au lieu-dit La Houve, afin de relancer la prospérité à ses états. Un troisième village voit ainsi le jour, et prend le nom de Creutzwald La Houve.

En 1766, les trois communes sont rattachées à la France. La ville est formée en 1810 par souhait des habitants de réaliser la fusion des trois villages de La Croix, La Houve et Wilhelmsbronn. Elle prend alors la dénomination de Creutzwald La Croix. On continuera longtemps de l'appeler Creutzwald-la-Croix bien qu'il s'agisse d'un pléonasme, le mot allemand Kreuz signifiant croix. Le nom de la ville est officiellement simplifié en 1961.

La ville tient son nom de la croix (ou calvaire) érigée par un père de l'abbaye de Bouzonville, croix protégée par des chênes, des hêtres et des bouleaux. Après les dommages subits lors de la guerre de Trente Ans, cette croix fit place vers 1630 à une chapelle en bois. Une église y fut construite en 1730, à l'actuel emplacement de l'église du centre.

La Houve – Schacht III

La Houve
Quelle: link fr.wikipedia.org

La Houve est une mine de charbon des Houillères du bassin de Lorraine située en Moselle sur ou plutôt sous la ville de Creutzwald et ses environs. Elle tient son nom de la forêt de La Houve située aux abords de Creutzwald.

On dit la mine de la Houve, mais il existe en fait plusieurs sièges situés parfois à plusieurs kilomètres de distance. En tout, ce sont huit puits répartis sur cinq sites qui composent la mine de La Houve.

Le siège 1

Le premier puits de Creutzwald, le puits Marie, est creusé en 1895. Vient 5 ans plus tard le puits Jules. En 1907, y est implantée une usine électrique, la SALEC (Société Alsacienne Lorraine d'Electricité) qui contribuera au prestige industriel de la ville comme première centrale électrique du bassin houiller. Cette centrale fermera en 1953 et tout le siège suivra en 1955. Les chevalements seront démontés et les puits bouchés en 1988. Aujourd'hui, une zone industrielle remplace les installations du carreau.

Le siège 2

En 1907 on découvre une nouvelle veine de charbon éloignée du siège 1. On décide alors la construction d'un nouveau siège : le siège 2. La même année, on fonce le puits 3, également appelé Uhry ou Ulrich. Les techniques de forage ne sont pas au point et les travaux sont abandonnés. Repris puis abandonné en 1911, le puits atteindra enfin la veine de charbon en 1913. Grâce au puits 3, la production augmente considérablement. Après la première guerre mondiale, on commence le forage du puits 4 (de 1923 à 1927) chargé de la descente du matériel et de la remontée du charbon. Le siège continue seul l'exploitation du charbon creutzwaldois après la fermeture du siège 1. En 1951, le puits 4 est équipé d’un nouveau chevalement, on fera de même pour le puits 3 en 1983. En 1985, le lavoir est arrêté, suppléé par le nouveau lavoir de De Vernejoul. Ses bâtiments sont détruits en 2003. Le 23 avril 2004, date de la fermeture du siège, l’exploitation se termine. Le 27 mars 2007, le chevalement du puits 3, construit en 1984, est abattu dans le cadre de la réhabilitation du site. A l'heure actuelle (octobre 2007), l'ensemble des bâtiments du carreau du siège ont été détruits, à l’exception du chevalement du Puits 4. Le sort de celui-ci reste en suspend, une association tentant de le préserver de la démolition. Il était 12h50 le 10 décembre 2007 lorsque le chevalement du Puits 4 a été mis à mort. Le dernier symbole du passé minier Creutzwaldois est tombé dans le plus grand secret.

Le puits 5

Destiné à l'origine à l'aérage et au remblayage il est creusé en 1923 mais est noyé en 1927. Il est équipé d’une station de pompage en 1930 et alimente encore aujourd’hui une partie de la ville de Creutzwald en eau.

Le puits Barrois

Il est foncé en 1935. C'est un puits polyvalent, c’est-à-dire un puits d'extraction, de service et d'aération. Il est fermé en 1988 et le chevalement est démonté en 1989. La recette est détruite en 2004.

Le puits de Vernejoul

Il est fondé en 1954 et a pour mission d'aérer les galeries du siège 2. Mais le site fait peau neuve au milieu des années 1980. Un nouveau chevalement est conçu pour remonter le charbon et un Lavoir ultra moderne apparaissent en raison de l’extension de l'exploitation vers le sud du siège 2. De Vernejoul devient en 1985 le puits d'extraction de la Houve et il le restera jusqu’en 2004.

Le puits Ouest

C’est le dernier puits foncé dans le bassin houiller, c’est également le plus occidental, sur la commune de Bisten-en-Lorraine. Il est creusé en 1987 et il est uniquement utilisé à des fins d’aérage. Son diamètre est de 8.5 métre sur les 250 premiers mètres puis il passe à 7.5 métre jusqu'au fond qui ce situe à -520 métre.

Gruben